UN AIR DE DUCASSE

Comme il avoit roblié de r'prinde es n'haleine

El camarade Firmin avoit defunqué sans meime dire amen.

Comme i n'avoit jamée féet d'tort à quéequ'un

Ni même manqué d'respect envers es prochain

(Que du contraire, il avoit toudi rindu service)

Il avoit déquité l’terre ergretté pa tous ses amisses.

Eyé lé v’là d’vant l’huche du paradis in train d’bucquer hardimint

pou r’clamer s'biyet d'log'mint.

 

C'est vrée qu'on n’avoit nié enne fiane à li r'procher,

Foc qu’enne petite surlute, chaque année,

El jour dé ducasse. Faut dire qué s’grande passion

C’étoit d'féer el diâpe au combat dit Lum'con.

C’qui féet qu’ pinsant li ette agréâpe,

Es famille l’avoit rinterré dans s'pus biau costume de diâpe.

 

C'qué l’grand Saint Pierre n'avoit nié manqué d'ermarquer :

D'aousque vos v'nez ainsi infagoté ? qu'i li a d'mandé

In saquant les poyes dé s'barbe èyé l’ravisant dé haut.

Mi, èj suis d’Mon, né natif des Caches, tout c’qu’il a d’pus cayau.

Oh oh ! V'la bé enne monvéese arcommandation, etti St-PIerre

Passqué mi, jé n’d’ai jamée vu iun intrer autepart qu’in infier.

 

In pus dé ça, vos avez féet l’diâpe pindant trinte ans !

Pou mi, c’est co ça l’ pu z’imbétant.

Passqué, compreinez mé, qu’i li a co dit,

Jé n’peux quante-meime nié fée intrer l’diâpe au paradis !

Pinsez bé qu’ça f’’roit enne réede margaye !

Si l’Bon Dieu apprind ça, i va m’invouyer, à gailles.

 

Ouais mé, argardez mes certificats èyé mes états d’service,

Nié enne armarque, nié enne monvéese avisse !

Ça, c’est l’vérité vrée, erprit St Pierre. Bon, s’il a moyé d’vos fèere plési.

N’bougez nié d é d’là, èj m’in va Li parler intré quat’ zies.

Eyé St-Pierre, lèyant là no Camerluche

S’in r’va in roubliant d’erfrumer l’huche.

 

C’qu’i féet qu’Minmin poussé pa l’curiosité

N’a nié su s’impêcher d’rintrer pou visiter

Hou mais, pa’ tous côtés on intindit des esclamures :

Monh ! Argardez, II a ein sale diâpe dins nos murs !

Hein ouais ! Il est co pus laid qué l’ péché mortel, c’ti-ci !

Hou ! rwez le à l’huche, on n’a nié danger d’ça douci !

 

« Dé qué, etti Saint-Pierre in s’artournant, in vlà n’ bonne !

Ej’li dis d’rester là, èyé le v’là qui rintre, em n’homme

In foutant ein randouillage du diâpe chez l’Bon Dieu !

Nom dé z’os, ousqué vos dallez, rév’nez, m’fieu ?

Vos z’allez m’féer perde em place ! »

Mé bah ouaitte ! Autant péter dins n’contrebasse !

L’aute étoit d’jà long, s’pourménant tout à s’coyette

 

C’in est ieune, s’disoit Saint-pierre, in grattant s’tiètte,

Commint c’qué j’vas l’avoir dehors ? Douci, i n’a nié d’police.

Ah mais, in vlà ieune d’idée qu’elle est bonne. Attinds, m’ n’amisse !

Là-d’zeur, I s’in va quère Ste Cécile, èyé tous les séraphins

Puis il inmeine tout el clique dehors, su l’grand qu’min,

In preinant bé soin d’lèyer l’huche du paradis grande ouvrie.

Eyé, i s’mettent à jouer l’air du doudou sans arléver leu vessie.

Naturellemint, tout l’monde a v’nu vîr qué nouvelle.

Minmin, intindant ça, es cœur n’a féet qu’ein tour dé manivelle !

« I n’vont quante meime nié féer el Lumeçon sans mi, el vrée Montois »

Eyé, sans busier pus long, i s’inqueurt du costé d’ousqu’el musique vénoit.

 

Ah Ah, vos vlà pris au cripiau, etti St-Pierre : C’caup-ci, pus d’l’histoire !

Eyé, d’ein grand randon, il l’invouye bouler au purgatoire.

 

Ess’ t’ainsi qu’Minmin qui s’croyoit malin

s’a fait prendre bièt’mint :

Comme ein lapin !

Comme ein lapin ?

Ben ouais, pau z’oreyes !...

Ah ouais ! Mais allez résister à enne musique pareye !

 

Philippe Yannart, Cabaret 2018

EIN FIN LIMIER

Camerluches ! Acoutez enne trisse histoire comique.

On m'l'a baillé pou vrée, réellle et authentique.

 

C'étoit ein gaillard rimpli d'bonne volonté,

Chômeu pa vocation d'puis l'éternité.

 

Tout infant, ses parints l'aviont mis aux études

Et comme i n''aimoit nié canger ses habitudes,

Au 4e degré il est resté si tard

Qu'on a dû l'mette à l'huche pou daller saudard.

 

Dépuis, i n'faisoit rié, èyé, intré deux pointages

I dalloit boire des pintes pou s'donner du courage.

 

Ca n'pouvoit nié durer enne pareye existence,

S'il exisse enne justice, ein jour i dévroit avoi' es'chance...

 

Ah ! Sans daller à Lourdes i faut c'oire aux miraques,

Es chance, il l'a trouvée in lisant l'Armonaque.

 

Dédins les p'tites annonces i tombe su ein aviss'

Qu'on d'mande des candidats pou rintrer à l'Police.

 

Vos parlez d'enne aubaine ! C'est jusse es qu'i li faut.

Bé rhabillé ... bé propre ... bé payé ... niè trop d'maux.

 

Il in pale avé s'père qui li dit tout contint :

C'est comme si ça s'roit féet, èj connais ein éch'vin,

Ej vas daller l'trouver. d'pouis qué j'vote pou s'parti

I s'roit à peu près temps qu'i fasse quéet' chose pour mi.

 

On n'aime nié d'profiter, savez, mais il est quéet'fois bon,

Quand on veut arriver, d'avoi' ein p'tit piston.

 

Môssieu l'échevin, bé sûr, promet ein bon caup d'main,

Mais, i n'a rié à faire, faut passer l'examen...

 

Au jour qu'étoit marqué dédins l'convocation

No gaillard es' présinte pou subî la question.

 

Assis au bord d'enne kéyère èyé au bord dé l'panique

Le v'là in train dé s'batte avec el'rithmétique....

 

Qué désass, mes infants ! A tel point qué je m' demande

Si on d'a vu enn'pareye d'puis l'débac' dé quarante.

 

Et pouis c'n'est nié co toute, on li donne enne dictée

Nié pus d't'ois fautes au mot, s'moyenne est respectée.

 

El jury a pitié ! Pou li r'monter l'moral

On arrête el massac' èyé on passe à l'oral :

 

« Sariez bé m'dire, em fieu », li d'mande el commissaire

« Commint c'qu'est mort el roi Albert ? »

 

Ah !... Si vos aviez vu ess'tiète intré ses mains !

Vos ariez vréemint cru vîr el « Pinseur » dé Rodin...

 

Bon, allez vos r'poser èyé pinsez à l'question,

Vos r'vérez dins tois jours em' donner l' solution.

 

Il arrive à s'méeson aousqu' es père l'attind :

« Eyé ? Ca a bé sté ? Tu n'as nié l'air contint ? »

 

« Bé sûr qué ça sté, tu n'mé prinds nié pou n' biète

La preuv', el commissaire m'a sargé d'enne inquête ! »

                                                 Marcel Leroy Avril 1978

EL POU IMBITIEUX

 

Ein pou vivoit hûreux su l'tiette d'ein cachiveux, qui n'démêloit jamée ses ch'veux.

 

Là-d'dins, n'peut maux qu' tu l'attrapes ... i vivoit au mitan des crappes

Qu'i n'dévoit meîme nié à démucher.

Comme i mingeoit bé sans nappe, il avoit tout' sorte à chucher.

 

Margré qu'ein grand malheur est co vite arrivé,

Il aroit toudi vécu su l'tiett' du mau lavé co pus longmint qu'Mathieu Salé...

 

Seul'mint, qui c'qu'a djà vu dins l'vie quéequ'un contint dé s'position ?

« C'n'est nié mi, fieu – Mi non pus ,fie. » D'abord, èj continue èyé faites attintion !

 

Ein jour, là l'cachiveux dallé vîr jwer à l'balle dèssus la place ...

No pou, su n'mèche dé ch'veux stampé, ergardoit du haut dé s'terrasse

Si c'est Fram'ries qui gangne ou Morlanwelz qui perd,

Jugeant les caups comme ein espert.

 

A Mons, les dimanches dé ducasse, el monde va, viét, passe èyé arpasse.

Ça féet qu'in voyant su la place en'masse dé geins qui s'prom'niont,

èyé qui su les pieds l'un d' l'aut' marchiont, no pou s'fésoit c'te réflexion :

 

Tiés, qué n'idée qui m'viét dins m'boule ?

Si j'profitois d'enne pareye foule

pou layer là m'sale cachiveux èyé sauter su l'tiett' d'ein mossieu,

J'n'ai foque à faire enne engambée.

Ouais, c'est ça, Es c't enne riche idée !

 

Ergard'mé comme j'arois bel air

Assis su' l'tiett' d'ein riche mijnherr'

J'ming'rois tout l'long du jour des tartines dé pommade

Avé d'l'oppoponax in guise dé castonnade

 

Bé, in v'là iun qu'est décoré !

Ergard' comme èj s'rois considéré !

Ouais, c'est ça, c'tenne affair' faite,

Qu'i r'saque es capiau buse, èyé j' saute dèssus s'tiett'.

 

Justemint, là l' mossieu décoré, t' à n'ein caup,

Pou saluer quéequ'un, qui baille ein grand caup d'capiau...

Eyé no pou n'eut qu'à féer ein saut.

 

« Aïe, etti l'biett', v'là qu'èj' quée su ein bouquiau ! »... 

Et comm' d'effet, c'étoit n' caboche erluisante comme du cristal dé roche

I n'avoit nié vu, not pauf' pou, qué c'tiett'-là n'étoit foqu' ein g'nou.

 

El mossieu, tout saisi, sint quéet'chose qui l'dégratte,

Porte es main su' s'caillau, attrappe el pou pa s'patte,

Eyé, intré ses ongues, i vos l'escouatte,

«IN PACE requiescat ! »

 

Es n'âme in arrivant au paradis des puches

A vu St-Pierre, à s'nez, li r'claquer l'huche In li disant comme ça :

« Tant qu'el soleil luira

èyé qu'el terre s'ra ronde

C'est l'imbition qui perdra l'Monde.

                                                                 Maurice Carez

Les Cerques

Parisse, el fourboutier dé l'porte d 'Havré, ermontoit l'rue su n'vieille rosse dé quévau. Théreise, el marchande dé toubaque, qu'avoit toudi s'langue à-la-chou, calaudoit justémint su s'porte avé Magrite, el polisseuse.

  • Qui c'qué c'est qui viét là par in-bas dé l'rue su enne haridelle pareille, hon, ett'elle tout d'in caup ?

  • Bé, tu n'erconnais nié, hein ? Bé, c'est Parisse el fourboutier; tu n'in connais nié d'aute.

  • Tiens, ouais, t'as raison, mais a-t-i du bon sins, allons, dé véni à Mons avé n' carogne ainsi ? Ein homme à s'n'âge !

  • A m'mode qu'il a raison, mi. Ça fait qu'i n'a nié peur qué s'bidet prinsse el mors-aux-dints.

  • Tans' qu'à ça, ouais ; et i n'peut mau d'rwer l'cul non pus, parqué i n'a pus l'force d'erlever ses gambes pou avancer.

  • Eyé puis, hon ! Ergarde comme il est sec : on li voit tout ses côtes su s'dos.

  • Ouais, attinds ein moumint, quand i passera, j'ferai inrager Parisse, tu vas vîre.

Comme d'effet, là Parisse qu'arrive délée eusses, sans pinser à rié.

  • Hein, Parisse, ettelle Théreise, combé vindez vos cerques ?

  •  

  • Parisse comprind tout d'suite à qui c'qu'elle d'avoit ; i s'ertourne su s'quévau, i li r'lève es' queue avé s'main droite, èyé d'l'aute i moute à Théreise in disant :

  • ​Intrez dins l'boutique, on vos dira les prix !

                                                                                                 Curé Letellier

L'HOMME HEUREUX

 

I d' a qui sont d'bauchés su l' terre,

Mi, dédins m' sort, èj suis-t'heureux ;

Mais pou lutter conte el vie chère,

Au lieu d'ein métier, j' in ai deux ;

Jé n' réeve nié dé dev'ni Rotschille,

Ni ' fèmme, Madame dé Sévigné :

J' suis-t-empoyé d' l' Hôtel dé Ville

Comme croqu'mort èyé cantonnier.

 

Dins l' brouillard, quand el cloche sonne,

J' suis croqu'mort à l' interr'mint ;

J'ai des galons à m' maronne

Eyé n' médaille in argint ;

J' prinds n' chique èyé jé l' maclotte,

A l' église ou civil'mint ;

J' conduis à l' Terre-à-pétotes

Les brafés geins, les bigottes,

Sans m' in faire, au long du qu'min.

 

L'après-midi, j' prinds m' n' aute casquette,

M' vesse in cuir, em' maronne dé v'lours,

M' pelle, em' ramon, m' pétite quérette,

Ej ramoune tout c' qu' est su m' parcours...

Il a tant d' salop'ries su l' terre,

Qué j'ai d' l ' ouvrage, on n' croîroit nié ;

Et, si l'homme ertourne in poussière,

C'est pou çà qu' i faut l' cantonnier.

 

Et quand quatre heures carillonnent,

J' m' in va au pas d' interr'mint :

Arvoir ! Ni fleurs, ni couronnes !

J' s'rai bétôt tranquïe ch'qu' à d'main.

Bras d'ssus, bras d'ssous, j'prinds m' quérette

Qué j' vide à l' frontière d' Hyon ;

J' argarde l' heure èyé j' m' arrête,

Ej jette em' chique, l'affaire est faite.

Ej vide el restant dé m' flacon.

L' lend'main matin, j' armets m' tunique,

Ej va faire ein aute interr'mint ;

A chaque mort,ej perds ène pratique,

Vu qu' c' est garanti pou longmint ;

J' acoute les discours pou m' instruire

Eyé j' touve qu'i faut iète savant

Pou ajouter au mort, sans rire,

Tout c' qu' i li manquoit dé s' vivant.

 

Eyé quand el musique donne,

El marche funébe dé Chopin,

Jé n' barois m' place à personne,

Pas co pou dix timbes dé pain ;

C' éest trisse, mais c'est poétique,

Et puisqué l' méd'cin n' brait nié,

Jé m' fous dé l' bombe atomique,

J' cante in douce avé l' musique,

Puis j' ardéviés cantonnier.

 

Marcel Gillis 1971.

PIERETTE EYE L’, CRUCHE A LAIT

Pierette avoit fait t’ni su s’tiète

Ène grandé cruch tout’ plein’ dé lait.

Elle étoit, bé sûr, tout in foufiète

Eyé, su l’ quémin, elle filoit d’un trait

Pou iète sûr d’ arriver l’ prumière su l’ marché.

Elle avoit infilé tout spécial’mint

Ene pétite cotte qu’ elle vénoit d’ acater

Mis s’ pus bielle cabounette, èyé ses escarpins

Eyé - j’arois dû vos l’dire in prume

Ca f’soit ein jolimint biau brin d’ jône fie…

Trottinant, légère comme ène plume,

Pinsant à tous les yards qu’ alliont bétôt quéï :

 

Elle s' disoit qu’avé l’ gangnage elle acatroit des oeus

Qu’ elle féroit couver dins in grand tounniau.

Viéront alors des p’tits pouillons tout duv’teux,

Qu’ elle vind’roit pou acater ein p’tit pourciau.

Eyé, quant elle aroit bé rincraché l’ gaillard,

Ca s’roit bé l’ diâpe si l’ charcutier n' li baille nié habie

Assez d’ auberts pou mett’ à l’estaule ène belle vaque toute gnare

Qui f’ra ein p’tit viau qu’ elle argard’ra jwer dins l’pachie.

 

Eyé, in disant ça, Pierette saute dé joie su ses gambettes…

Malheur ! L’ cruche quée à terre èyé skette in mille morciaux

V’là l’ lait répindu. Au diâpe viau, vaque, pourciau, pouillettes,

Tout est pierdu, tous ses réefes sont à l’i au.

I n’ resse pus à la Pierette qu’ ses z’ ies pou braire.

L’ morale dé c’t trisse affèere-là,

Ça n’est nié : Tant va la cruche à l’iau qu’elle skette,

Mais bé : n’ faut nié danser quant on a ène cruche su s’tiète.

Vos m’ direz qu’i falloit l’ savoir !

Ouais, mé méet’nant qu’vous counnoissez l’histoire…

 

Philippe Yannart