BLEFFES & COUYONADES

Qué  n' engeance, hein ?

C'est l' Amédé èyé la Dolphine, ein coupe dé paysan qu' a d'puis quéeques z'années, enne magnifique trouye, bé grosse, bé grasse. Mais qué volez, faut bé pinser à l' av'nî èyé à li féer avoi des p'tits. Dabord, ein jou', Dolphine dit à s' n' homme :
- L' Amédée, y fauroit absolumint qué l' trouye aye des p'tits pou assurer l' suite des opérations.
- Nom dé Diouss', la Dolphine, c'est bé vrée, mais commint faut-i féer ?
- Bé, tu prinds l' biètte èyé tu vas l' porter chez l' Fernand qui viét tout jusse d'acater ein biau verrat, i n' d'mind'ra nié mieux d'avoi deux tois p'tits pourciaux pou l' peine ;

El lind'main, el Diâpe n'avoit nié co mis ses marrones qué l' Améde imbarque el trouye dédins s' browette (passqué, i n' resse nié long l' Fernand, mais quante meîme) èyé va l' meîner ch'qu'à l' cinse Fernand. Arrivé su place, il esplique à s' vizin ess' qu' i veut èyé li d'minde :
- L' Fernand, commint c' qu' on va vîre qu' l' afféere est dins l' saquiau ?
- C' est bé simpe, qu' i li dit l' aute, si d'main à l' piquette du jou', l' trouye ess roule dins l' berdouille, c' est qu' c' est bon ; si i s' roule dins l' hierpe, i faut rév'nî.

Han ! Bon !

Là d'sus, l'Amédée rinte à s' méeson èyé l' lind'main, in s ' dérinvïant, i d'minde à la Dolphine qu'a d'jà déhoppé d'pouis ein moumint :
- Qué c' qu' i féet, l' trouye ?
- Y s' roule dins l' hierpe, l' Amédée !
- Nom dé z' os, salop'rie d' biètte i va co falloir ertourner chez Fernand...

El lind'main, el même djeu ess répète èyé ainsi pindant les deux jou's suivants. C' qui féet qu' l' Amédée coummminche à in avoi' ras la jatte dé trinqueballer ess grosse trouye-là dins s' browette. El toisième jou' i d'minde comme à l'habituance dépouis l' fond dé s' lite :
- Qué c' qu' i féet l' biètte ??

Eyé s' feimme li répond :
- L' est d'ja dins l' browette, l' Amédée ...

L'est sourd ou qué ?

Deux camerluches, qu'ont largémint passé septante-chinq ans d'visent trinquïemint dé l' viellesse. I d' a iun qui dit à l' aute :

- El pus pire, c'est pou nos coummères : elles né veulent-té jamée r'counnoître qu' elles vieillissent avec èyé essaient toudi d' mucher c' qui n' va pus bé. Ej dis ça passqué j' pinse qu' el Mariette deviét macar,mais elle ne veut nié l' ercounnoître.

- C'est l' vérité vraie, mais, mi, j' ai trouvé ein bon moyé pou l' z atrapper : acoute, si tu veux savoir si t' feimme comminche à iette macar, c'est bé simpe, tu t' mets à 10 mètes d' elle èyé tu li poses enn' question. Si tu vois qu'elle né répond nié, t 'avances dé 5 mètes. Puis à 2 mètes. Puis à 1 mète. A c'moumint-là, elle va d'voi' s' rinde à l'évidince qu'elle est macar ! Tu comprinds ?

L' aute trouve qué c'st enn' bonne idée èyé in rintrant chez li, i s' place à dix mètes dé s' feimme èyé li d'minde d' enn' forte voix :

- Em noûe, qu'est-ce qu'on minge pou souper ? ...

… Nié d' réponse !...

D'abord, i s'approche à chinq mètes èyé li d'minde co : - Em noûe, qu'est-ce qu'on minge pou souper ? ...

… Toudi rié !....

I s'approche co, à deux mètres èyé li r'deminde :

- M' noûe, qu'est-ce qu' il a à gaffier ess soir ?

... Nié d' réponse !....

El cousse n'in reviét nié ! I s'approche à ein mète èyé i gueule :

- M' NOÛE QU'EST-CE QU' ON MINGE POU SOUPER ?

Ess feimme s' artourne èyé li dit, d' ein air soulé :

- POU L' QUATIÈME CAUP : DU POULET ÈYÉ DES FRITES ...

IMG_0484.JPG

Commint c' qu' i s'a féet avoi'...

Alfred ess féet pincer nié long dé l' frontière dé Passe-toutoute pa l'douane volante. Il est su n' mobylette èyé il a ein gros saclot su s' dos

El douanier l'arrête èyé li d'mande : - Qu'est-ce que vos avez là, dins vo sac ?

L'aute répond : - Erié, foc du sâpe.

El douanier n' el coît nié èyé li dit : - On va raviser ça... Desquind dé t' mobylette !

El douanier ouv'e el saclot èyé répind tout l' sâpe à terre... I scafote dédins dix minutes mais i n' trouve rié.

- C'est bon, qu'i li dit. Alfred ramasse el sâpe du mieux qu'i peut èyé erpart su s' mobylette. Enn' semaine après, c'est l' meîme jeu.

El douanier d'mande à Alfred : - Qu'est-c' qué c' est qu' t'as dins t' saclot c' caup-ci ?

Alfred répond : - Du sâpe.

El douanier, qui n'est toudi nié convaincu, décide de foute Alfred in caruche pou l' nuîtte èyé d'invouyer ein échantillon du sâpe pou analyse. El lind'main, les résultats révèle-té qu' c' est bé du sâpe. D'abord, i laye Alfred erpartir su s' mobylette.

El pétit jeu s' a poursuivi tous les deusses ou tois djous pindant quéequ' z années. A tous les caups el douanier scafote dins l' saclot d' sâpe. Il invouye régulièr'mint des échantillons pou féer des analyses dé tous les sortes, mais toudi sins rié trouver d'aut'e qué du sâpe.

A l' fin des fins, quéequ' z années pus tard, Pus d' Alfred in mobylette avé s' saclot d' sâpe, à l ' frontière . Ein biau jour, alors qu'il est r'traité, el douanier viét féer ein tour à Mons pou boire ein verre èyé quée tout jusse su Alfred qui tiét ein estaminet dessus l' place du Marché aux puches..

L'ancien douanier ess décide final'mint à li d'mander : - Acoute, fieu, èj suis à la r'traite èyé j' n'ai pus rié à dire. Ej voudrois bé savoi' enn' saqué. J' n' ai jamée arrêté d' pinser à ça d'puis qué j' t' ai vu pou l' prumier caup. Jusse intre ti èyé mi, tu f'sois dé l' contrebande ?...

Alfred li féet ein p'tiit risot èyé répond : - Ouais, èyé c'st ainsi qué j' m' ai acaté c' t établiss'mint.

El douanier viét ein peu pus d'lée li èyé d'mande à voix pus basse : - Eyé qu'est-ce qué tu passois frauduleus'mint à l' douane ?

- Des mobylettes !…

Sale djambot, va !

Ainsi, au mitan du mois d' janvier qu' i f'soit ein foid d' canard, à l'école maternelle, v'là ein arsouille qui d'mande à l 'méetresse d' li bailller ein caupp d' main pou mette ses bottes in caoutchouc avant d' daller jwer à l' récréation, passqu' i n'arrive nié à l' z' infuter.

Après qu'elle a eu bouté, saqué, r'bouté eyé r'saqué dins tous les sins, les bottes sont infin cauchées quant el moutard li dit : "Monh, mais , elles sont à l'enviers, èm dame !".

El méetresse attrape un caup d' caleur quand elle ravise qu' in effet il a ieu enn' inversion des pieds... Bref, c'est co toute enn' escaud'rie pou les inl'ver èyé l' meîme djeu pou l' z' armette, mais elle arrive à prinde su' elle chqu'à c' qué les bottes soyent r'cauchées à les bons pieds.

Bon ! Mais, t'a n' ein caup, v'là l'arsouille qui dit comme ça avé s' n' air innochint qu'on peut avoi' à c'n' âge-là : "Ca n 'est nié mes bottes !"

Vos pinsez bé qu' à c' moumint-là, elle doit féer ein gros effort pou nié li mette enn' calotte. A l'place,elle féet ein tourniau su ellle-meîme in hagnant su ses léeffes, ess racoitit èyé li d'minde pouqué i n' l'a nié dit avant .... Comme not' arsouille voit bé qu'il a féet enn bièstrie, i n' répond rié.

Alors,elle li dit : "Bon, allez, on les r'saque !" èyé elle s' met à l'ouvrage co ein caup.

El deuxième pied est presque in dehors quand el pétit gniot continue : "C'est nié mes bottes, c'est les ciennes dé m' frère, mais maman dit qué j' dois les mette !".

Là, nom dé z'os, elle a invie d' braire mais, co ein caup, elle s' acoitit èyé r'couminche à li r'mette ses bottes. A pou bon, l' afféere ess termine èyé l' méetresse ess sint fel d'avoi' infin réussi.

Pou daller chqu' à l' débout, elle l' ermet stampé su ses pieds, li infute ess pal'tot, li met s' n' écharpe èyé li d'minde : "Aousqu' elles sont tes mouffes?".

Eyé l' pétit ropïeur li répond tout simpément : "Pou nié l' ze pierde, èj les ai mis dins mes bottes !"

Ça dépind dé l'couleur

C's't ein pourmeneur du diminche qui, in passant, a v 'nu vîr à l' ceinse commint c'qué ça dalloit, èyé i féet enn' pétite causette avé l' ceinsî :
- Oh! Qué biellés pouilles qué vos avez là ! Ça pond branmint c' race-là ? Qu'i li d'minde.
- Oh ! Les blanques qué vos viïez là, èm' font bé 2 oeus pau djou ! ... Les gnares avec d'ailleurs, qu'i li répond l' ceinsï.
- Ah !? Eyé ces biaux bédots ! Combé d' kilos d' laine i vos donnent su ein an ?
- Oh, les blancs, i doivent bé m' faire 6 kilos su l' année ! ... Les gnares avec d'ailleurs.
- Ah ?! Eyé, ces biellés vaques, elles vos baillent branmint d' lait ?
- Oh ! Les blanques, elles doivent bé m' bailler six lit'es de lait pau djou ! ... Les gnares avec d'ailleurs...

Alors, l'aute, qui s' deminde qué :
- Mais, dites-mé, pouqué c'qué vos faites toudi l' différince intré les gnares bièttes èyé les blanques, pisqu' elles vos baillent toudi l' meîme chose? Qui li d'minde el pourméneur.
- Eh bé, c'est bé simp'e : les blanques bièttes, ess' t à mi !... Les gnares avec d'ailleurs.

Dint pour dint

Su l' bord du canal, nié long du pont d'quémin d' fier, il a tois p'tit vieux qui sont in train d' péquer. I féet biau, i féet tranquïe. Tout va bé.

T'a n' ein caup i d'a iun qu' estiernit ein grand caup, c'qui féet qu'i pierd es' dintier. Bé sûr i quée à l' iau, èyé çai féet branmint rire les deux autes gaillards.

Pindant qué l'malhureux asprouve dé vîre ousqu' il quéïu dins l' fond dé l'ieau, les z'autes ont tellmint d' plésî qu' i d' a iun qui décide dé li féer enn' farce. Il attrape es dintier in muchette pouis i l'accroche discrét'mint à s' n' ham'çon.

  • Hé, ravisez, camarades, j'ai réussi à l' erpéquer, crie l'cousse in moutrant l' dintier au bout dé l' ligne.

  • Ah nom dé z'os, merci branmint, etti l'aute in l' prindant pou l'ermette à s' place.

  • Cloc, clac ! Mais, qu'i dit, ça n'est nié l' mien !

Eyé là-d'ssus, i l' erjette à l'ieau...

EL FIE DU GRANDGOÎER.

 

Ein manoue arrife chez l’ curé d’ Bouloute-Saint-Vincent, avé ein camarâte pou faire crier sés bans.

- j’ vas m’ marier, etti au curé.

- Ah ! et avec qui, m'n amisse ?

- Avé n’ fie du camp à cayaux.

- Ah ! Èyé commint c' qu'elle s' délomme ? qu'i d’mande el curé in s’ mettant à s’ tâbe et in preinnant s’ plume.

- Bé, c’est l’ fie du Grandgoyer.

- El fie du Grandgoyer… Mé, c’ n’est nié ein nom, ça, m’ n’ amisse, c’st ein surnom, ein s’pot…

- Bé, c’est pourtant ainsi qu’on l’ délomme : el fie du Grandgoyer.

- Mais infin…

El cousse s’ertourne su s’ camerluche : - Commint c’qu’on l’appelle, hon m’ femme ?

- Bé, c’est l’ sœur à Bertine, hein, el fie du Grandgoyer…

- Savéez bé là, Mossieu l’curé, qui r’preind l’ manoue, el’ pétite maison d'leez l’intrée du bos, là…..Pa- d’zus l' camp…

- Oui, j’ vois çà d’ èdci, mais…

- Aousqué l’ tram a déraïé, là ?

- Oui, m' garçon, mais tout ça n’ mé dit nié s’ nom et jé n' d' ai b’soin…..viyons, vîre : commint c'qué vos faites quante vous l'appelez ?

Mi ?...

èj’ chuffelle.

 

ROIAL.

 

Article publié dans le Ropïeur – 27ème année – Liméro 25 – du 4 au 17 décembre 1925.