HOMMAGE AUX LITTERATEURS MONTOIS
 

DU DIMANCHE

19 SEPTEMBRE 2021

Ce dimanche 19 septembre à l'occasion des Fêtes de Wallonie, la Ville de Mons, représentée par le 1ere échevine, Mme Catherine Houdart, et l' association des Montois Cayaux, ont rendu comme chaque année un hommage à ceux qui ont permis au parler montois de continuer d'exister et de continuer à nous charmer jusqu'à nos jours.

 

A l'heure actuelle, parler le patois est devenu une démarche intellectuelle essentielle. En effet, c'est d'abord manifester un droit à la différence et donner une réponse originale à la culture standardisée assénée par les médias. C'est aussi, et surtout, travailler à conserver ce joyau de notre patrimoine tout en rendant hommage à la mémoire de ceux qui nous ont précédés dans cette ville et qui ont oeuvré à son rayonnement.

 

Pou l' dire autrémint, c'est l' vrée vérité qu' y a pus foc quéeques z'habitants enn' milette averlus dé no trau d' ville, pou intrét'nî c' langage-là qu' a pourtant sté parlé pindant des sièques, dédins nos murs.

 

Héûreus'mint i l' a ieu suffisammint dé scribeux èyé d' poésiciens qu' ont permis l' survivance dé no parler montois.

A tous les époques...

 

A c't heure, ess t à nos z' autes de féer qu' i dure co longmint, passqué sans li, no cité pierdra définitiv'mint enn' partie dé s' visâche.

Eyé ça s'roit bé dommâche.

 

Pa d'vant l' monumint d' Benoit Quinet (el cousse qu' a continwé, à sortî l'Armonaque dé Mon, jusqu'en 1894), on a mis à l'honneur ein scribeux pus djône : Marcel Leroy, avé ein tesse qu'il a récrit in 1973, qui nos raconte commint c' qu' el coeur des Montois comprind tout si tu li pales in patois èyé qu'avé ça, on est tertous des camerluches.

C'est vrée qué c' st à Mon qué c' mot-là « camerluche » a sté indvinté èyé qu'il a grandi.

C'est l' camarâd' Roger Scholl qui nos in a fée l' lecture.

 

Apré ça tout l' monde est dallé sé stamper in face dé l' plaque qu 'est stiquée su l' mur du fond idu Gardin n mémoire des quat' fondateurs dé l' littérature patoisante montoise : Henri Delmotte (1798 – 1836) qu' a récrit branmint des pièces dé théâte in patois ; Charles Letellier (1807 – 1870) qu' a sorti chaqu' année, de 1846 à s' décès in 1870, les célèbes Armonaques dé Mon ; Jean-Baptiste Descamps (1809 – 1886) qu' a oeuvré longmint avé li pou récrire les Armonaques ; Pierre Moutrieux (1824 – 1908), ein réede scribeux qu' a sorti branmint des poésies, des cansons èyé des faufes in montois.

Tertous des grossés tiètes dé l' bourgeoisie d' l' époque, mais c' st ein tesse dé Myen Vanolande, simpe ménûsier dé s' métier, qu' a sté choisi pou l' occasion.

 

C' ti-là, c'étoit ein grand taffiard : il étoit à l' fois, auteur, acteur, canteur, directeur dé sociétés dramatiques, scribeux dins les gazette les pus r'connues, mais toudis in patois passqué ... i n' pinsoit foc qu' in patois.

 

C' étoit étou ein fin counnoisseur dé s'ville ; il avoit ses zies partout èyé i donnoit s' n' avisse su toute.

C'st ainsi qu'il a vu, en 1908, fabriquer chez l' zingueur-ornemaniste Claudoré el boulhomme dé 7 mèt's qu'est su l' toit d' l' Institut Commercial Warocqué : el dieu Mercure, el dieu du commerce, c' qu' étoit logique pou enn' école dé commerce.

Mais li, in vrée berdeleur, i n' a vu qu' enne' chose : c'étoit l' dieu des voleurs (c'est vrée!) qu'on mettoit ainsi à moute à l' toupette dé l'ville. Alors qu'ess place, c'étoit putôt su l' toit dé l' grande caruche du boulevard (la prison) qu'est jusse à côté .

 

Il a délommé c' tesse-là : « A Mercure, dieu des voleurs. Ingueulade su l' toit d' l' Institut » èyé c'est l' camarâd' Michel Dessart qui nos l' a conté.

 

 

Apré ça, tous les geins – il avoit du monde – ess' sont r'trouvés pa d'vant l' monumint Gillis, qu'il aura bétôt chinquante ans qu'il est dallé du côté d' tant pire.

On n' présinte pus c' n' artisse-là : peint'e, dessinateur, cansonnier, poésicien, qu'a sté l' figure el pus marquante dé s' n' époque...

Mais, on peut bé l'armércier co ein caup passqué c'est grâce à li qu' l' association des Montois Cayaux a vu l' jour.

Puisqu' on in parle, pou li rinde hommage , el' nnée prochaine on li consacre enn' esposition, c' qui féet qu'on cache apré des hûreux propriétaires qu'on enn' œuvre dé li, pou vîre s'ils peuvent nos l' bayer el temps d' l' espo. Ça nos f'roit bé plaisî ...(montois.cayaux@gmail.com)

Dé s' pus belle plume, nos avons choisi ein tesse phulosophique qui nos pale à tout nos z' autes qui stons toudi pressés, pou dire qué l' bonheur exisse su terre, qu' i suffit dé l' prinde alintour dé soi, ein p'tit peu au caup tous les jours.

I s' délomme « L'homme hûreux », èyé a sté conté par Jean-Pierre Lechien.

 

Co apré ça, tout l' monde s'a incouri à l' salle des Mariages aousqu'on a remis ess prix au gangnant dé no concours dé tesses in patois 2021, M. Yvon Manderlier, passqué on n'avoit nié co ieu l' temps dé l' féliciter èyé d' l'armercier à cause dé l' covid.

 

Bé sûr, tout ça a fini pa des applaudiss'mints èyé ein bon verre, à l' santé d' tous les Montois.

HOMMAGE AUX LITTERATEURS MONTOIS

DU DIMANCHE

20 SEPTEMBRE 2020